Règles à suivre par le porteur d’un pacemaker

  • Le patient doit toujours garder sur lui la carte du pacemaker. Il en aura besoin s’il est admis dans un autre hôpital. La carte mentionne le nom du fabricant ainsi que le modèle et le numéro de série du pacemaker et de ses électrodes.
  • Durant 4 semaines après l’implantation, il faut éviter les mouvements intenses des bras (par ex. le coude au-dessus de l’épaule) du côté du pacemaker, afin de ne pas déplacer les électrodes.
  • Actuellement, la résonance magnétique nucléaire est compatible avec certains modèles de pacemaker et d’électrodes. Ceci nécessite cependant des réglages particuliers à réaliser avant l’examen.
  • L’utilisation d’appareils électriques et la proximité d’appareils générant un champ électromagnétique sont admises moyennant les précautions suivantes :
    • La distance entre un téléphone mobile et le pacemaker ne peut être inférieure à 20 cm. Il faut utiliser l’autre oreille et ranger l’appareil dans la poche du côté opposé.
    • Soudage à l’arc, contrôle d’antennes émettrices et escalade de pylônes haute tension sont des activités interdites. Il est déconseillé de s’appuyer sur les gros haut-parleurs stéréo des discothèques et de se pencher sur un moteur de voiture en fonctionnement.
    • Dans les magasins, le patient doit franchir les portes automatiques sans s’arrêter.
    • Tous les appareils ménagers (fours à micro-ondes, plaques de cuisson à induction, télévision, lecteur CD, haut-parleurs stéréo, perceuses) sont autorisés moyennant une mise à la terre correcte et le respect de la distance de sécurité usuelle.
  • Vacances en avion : le porteur présente sa carte de pacemaker pour être fouillé à la main (éviter le portique et le bâton détecteur de métaux).
  • Reprise du travail : la conduite d’une voiture n’est pas permise durant le mois qui suit l’implantation. Le porteur d’un pacemaker ne peut néanmoins plus travailler dans le secteur du transport rémunéré de personnes (cela vaut donc pour les chauffeurs de taxi et d’autobus, les pilotes d’avion…).  Le cardiologue informe le médecin traitant au sujet de l’adaptation du travail lorsque le patient, pour les besoins de sa profession, est en contact avec des grues, de gros transformateurs ou des câbles haute tension.
  • Sexualité et grossesse : le porteur peut avoir des relations sexuelles normales. La grossesse est autorisée en l’absence d’autres contre-indications médicales.
  • Sports et loisirs : il convient d’éviter les contacts rudes avec le pacemaker sous-cutané (rugby, sports de combat). On préférera la natation, le jogging, le vélo, le tennis, le squash, le ski et le football.
  • Assurances : les titulaires d’une assurance vie doivent informer les organismes concernés. Si le port du pacemaker n’est pas signalé à la compagnie d’assurance, celle-ci peut refuser d’intervenir.
  • Décès : le médecin doit retirer le pacemaker s’il est prévu d’incinérer le corps du défunt.