Glucosamine

Glucosamine

 

Autres noms : sulfate de glucosamine, chlorhydrate de glucosamine.

Au cours des dernières années, quelques études d'importance ont remis en question l’efficacité de la glucosamine. Voyez notre analyse dans la section Recherches sur la glucosamine et consultez L’avis de notre pharmacien pour en savoir plus.

 

Indications

Efficace

Soulager les symptômes de l'arthrose légère à modérée.

Voir la légende des symboles

Efficacité probable

Ralentir l'évolution de l'arthrose.

Pour plus de détails, voir Recherches sur la glucosamine.

Posologie de la glucosamine

Arthrose légère à modérée

  • Prendre 1 500 mg de sulfate de glucosamine, en une ou plusieurs doses, en mangeant. Prévoir de 2 à 6 semaines avant que les effets du supplément se manifestent pleinement.

Description de la glucosamine

La glucosamine est fabriquée par l'organisme à partir du glucose et de la glutamine, un acide aminé. La glucosamine ainsi produite joue un rôle crucial dans le maintien de l'intégrité du cartilage de toutes les articulations. Lorsque le processus de fabrication de la glucosamine se dérègle, les cartilages se mettent à dégénérer et l'arthrose s'installe.

On ne sait pas encore comment la glucosamine agit exactement et la recherche se poursuit. Elle augmenterait l'action lubrifiante du liquide synovial et ralentirait la dégradation du cartilage. De plus, des essais indiquent qu’elle peut avoir un effet bénéfique sur différents marqueurs de la santé des os et des cartilages.

La glucosamine du commerce est synthétisée en laboratoire à partir de la chitine extraite de la carapace des crustacés (crevettes, langoustines, crabes, homards). Elle se présente généralement sous la forme de sulfate de glucosamine, mais on en trouve également sous la forme de chlorhydrate de glucosamine. Jusqu'à présent, la très grande majorité des études a été menée avec du sulfate de glucosamine et celles qui ont utilisé du chlorhydrate n’ont pas été concluantes en ce qui concerne les symptômes de l’arthrose.

Le sulfate de glucosamine est un médicament d’ordonnance dans de nombreux pays. Aux États-Unis et au Canada, il est considéré comme un supplément alimentaire.

Historique de la glucosamine

En 1969, des médecins allemands faisaient état, pour la première fois, de l'utilisation clinique de la glucosamine pour traiter des patients souffrant d'arthrose. La substance thérapeutique était alors injectée directement dans les articulations atteintes ou administrée par voie intraveineuse ou intramusculaire. À la fin des années 1970, une firme italienne (Rotta Research Laboratorium) a mis au point des comprimés de sulfate de glucosamine, ce qui facilitait l'administration de cette substance.

D'abord très populaire en Europe, la glucosamine a gagné les faveurs du public nord-américain et japonais. Les ventes mondiales étaient estimées à 2 milliards $ en 2008 (dont environ 872 millions aux États-Unis et 300 millions au Japon).

Recherches sur la glucosamine

La grande majorité des études a porté sur l'arthrose du genou, quelques-unes sur l'arthrose de la hanche.

Efficace Arthrose. La glucosamine a fait l'objet de plusieurs méta-analyses et synthèses concluant à son efficacité pour soulager les symptômes de l'arthrose légère à modérée1-5. Certains auteurs ont souligné que les essais menés avec le produit sur ordonnance commercialisé en Europe (DONA®, Rottapharm-Maddaus) ont donné des résultats supérieurs à ceux des suppléments offerts en vente libre1,5,6.

Controverse. Une méta-analyse publiée dans le prestigieux British Medical Journal (BMJ) en septembre 2010 a fait les manchettes. Les chercheurs, qui se sont penchés sur les résultats de 10 essais cliniques (3 803 patients en tout), ont conclu que ni la glucosamine ni la chondroïtine n’ont d’effet bénéfique sur les symptômes d’arthrose de la hanche et du genou7. Plusieurs chercheurs ont critiqué les méthodes d’analyse et de sélection des études utilisées par les auteurs8,9.

Selon le Dr Paul Lépine, omnipraticien à Québec, cette méta-analyse comporte en effet plusieurs failles qui rendent ses conclusions critiquables : « Les auteurs ont exclu 46 des 56 études retracées. Ils ont privilégié les mesures de réduction de la perception de la douleur totale, plutôt que les mesures de réduction de la perception de la douleur de l'articulation touchée et de la douleur à la marche, qui sont les douleurs typiques de l'arthrose. Ils ont mélangé toutes les formes de glucosamine, même si plusieurs s'entendent pour dire que le sulfate de glucosamine est plus efficace. Ils ont inclus les études sur l'arthrose de la hanche, qui sont essentiellement négatives. Ils ont pris comme mesure d'efficacité la mesure de la distance articulaire entre 2 os, une mesure qui ne change qu’à long terme, mais ont inclus des études aussi courtes que 4 semaines. De cela, ils concluent qu'on ne doit plus recommander la glucosamine et la chondroïtine aux patients, même s'ils admettent la complète sécurité de ces suppléments. Difficile de ne pas être très critique de cette analyse. »

Parmi les essais non concluants, on compte l’étude GAIT (2006, voir encadré ci-dessous), ainsi qu’une étude portant sur des patients atteints d’arthrose de la hanche (2008)11. Cependant, la grande majorité des essais indiquent que le sulfate deglucosamine soulage les symptômes de l'arthrose légère à modérée (douleur, mobilité restreinte), sans avoir les effets indésirables des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS).

À noter également que, malgré les essais non concluants, les plus récentes recommandations de l’Osteoarthritis Research Society International (OARSI), publiées en avril 2010, incluent toujours la glucosamine dans les traitements pouvant être utiles aux personnes souffrant d’arthrose du genou ou de la hanche10.

 

L'étude GAIT (Glucosamine/Chondroitin Arthritis Intervention Trial), financée par les National Institutes of Health des États-Unis, parue en février 2006, a donné des résultats non concluants après 24 semaines de traitement13. Certains experts ont cependant mis les conclusions de cet essai en perspective, soulignant l’importance de l’effet du placebo et la performance à peine supérieure du célécoxib (Celebrex, le plus populaire des anti-inflammatoires non stéroïdiens d’ordonnance). Voir notre nouvelle Glucosamine : une étude ne fait pas foi de tout pour en savoir plus à ce sujet.

 

En août 2010, d’autres résultats de l’étude GAIT ont été publiés14. Les chercheurs ont continué de comparer les effets de 4 traitements différents à ceux d’un placebo sur 662 sujets atteints d’arthrose au genou : glucosamine (1 500 mg/jour), chondroïtine (1 200 mg/jour), un mélange des 2 substances (aux mêmes dosages) et célécoxib (Celebrex 200 mg/jour). Comparés au placebo, aucun des traitements n’a obtenu un effet statistiquement ou cliniquement significatif en ce qui concerne la douleur et la mobilité de l’articulation. Jean-Yves Dionne, pharmacien, explique pourquoi ces résultats peuvent être faussés : « Lorsqu’on regarde le graphique résumant l’évolution de l’effet des différents traitements dans cette étude, on voit très bien qu’à partir de la 12e semaine, l’amélioration plafonne. C’est souvent ce qui arrive au cours d’une étude de longue durée portant sur un symptôme comme la douleur. Si un participant n'est pas soulagé après une douzaine de semaines, il va se douter qu’il fait partie du groupe placebo et va commencer à utiliser d’autres produits pour se traiter. Cela fausse les résultats du groupe placebo et tous les traitements testés se retrouvent presque à égalité. »

Efficacité probable Ralentir l’évolution de l’arthrose. Les résultats de 2 essais cliniques à long terme (de 3 ans chacun, 414 sujets en tout) indiquent que l'action du sulfate de glucosamine, en plus de ses effets sur les symptômes, peut contribuer à freiner l'évolution de la maladie15-17. Un avantage net sur les AINS, qui ont plutôt tendance à accélérer la progression de l’arthrose. De plus, le suivi des sujets de ces 2 études durant 8 ans indique que ce traitement, même interrompu après 3 ans, peut retarder ou éviter le remplacement chirurgical de l’articulation du genou18.

Divers

Dans différents autres essais récents, la prise de glucosamine s’est révélée utile pour :

  • Réduire la douleur et améliorer la mobilité des personnes souffrant de blessures aux cartilages (2 000 mg chlorhydrate durant 12 semaines)19.

  • Accélérer la guérison d’athlètes souffrant de blessures au genou (1 500 mg de chlorhydrate pendant 4 semaines)20.

  • Réduire la douleur de patient souffrant d’arthrite rhumatoïde (1 500 mg de chlorhydrate pendant 12 semaines)21.

En revanche, la glucosamine ne serait pas efficace pour soulager l’arthrose lombaire, comme l’indique un essai non concluant publié en 2010, mené en Norvège22.

Glucosamine et chondroïtine

Deux études à double insu avec placebo indiquent que la prise combinée de chlorhydratedeglucosamine et de sulfate de chondroïtine s’est révélée efficace pour soulager les symptômes de l’arthrose du genou23,24. Après 24 semaines de traitement, les résultats de l’étude américaine de grande envergure mentionnée plus haut (GAIT) allaient dans le même sens, mais seulement dans le cas des sujets atteints de douleurs modérées à graves13. Cependant, parmi les 662 sujets qui ont continué à prendre ce traitement durant 2 ans, les résultats n’ont pas été concluants14.

Précautions

Attention

  • Diabète. Une récente synthèse des essais cliniques indique que, contrairement à ce qui a déjà été avancé, la glucosamine n’a aucun effet néfaste sur le taux de sucre dans le sang et la résistance àl’insuline25. Pour plus de détails sur l’origine de cette confusion, voir le commentaire du pharmacien Jean-Yves Dionne : www.jydionne.com.
     
    Par ailleurs, sur la base d’un essai in vitro fortement médiatisé en octobre 2010, on a affirmé que la glucosamine pourrait avoir un effet néfaste sur les cellules du pancréas et augmenter le risque de diabète. Dans les faits, la glucosamine est parfaitement sécuritaire aux doses recommandées. Dans cet essai, on était très loin des conditions habituelles chez l’humain. Pour plus d'explications, voir notre nouvelle : La glucosamine est-elle dangereuse pour le pancréas?

  • Allergie aux crustacés. Un essai récent a clairement démontré que les suppléments de glucosamine synthétisés à partir de la carapace de crevettes ne présentaient pas de danger pour les personnes allergiques aux crevettes26.

  • Asthme. En 2002, un cas d'asthme chronique exacerbé par la prise d'un supplément combinant la glucosamine et la chondroïtine a été rapporté, mais le lien de cause à effet n’a pas été établi27.

  • L’usage sécuritaire de la glucosamine chez les femmes enceintes et celles qui allaitent n’est pas établi hors de tout doute.

Contre-indications

  • Éviter durant la grossesse et l'allaitement en raison du manque de données toxicologiques.

Effets indésirables

  • Généralement sans effet indésirable notable, même à raison de 3 000 mg par jour. Une augmentation de la dose de base (1 500 mg par jour) peut cependant entraîner des selles molles. Rarement, malaises gastro-intestinaux.

Interactions

Avec des plantes ou des suppléments

  • Aucune connue.

Avec des médicaments

  • Les effets de la glucosamine pourraient s'ajouter à ceux des médicaments anticoagulants (Coumadin®, par exemple). Des cas d’interaction ont été rapportés28.

L'avis de notre pharmacien

La glucosamine et l’arthrose : le poids de la preuve est favorable

La publication d’études non concluantes sur la glucosamine n’efface pas le fait qu’une majorité d’essais cliniques effectuées un peu partout dans le monde démontrent toujours que le sulfate de glucosamine est efficace pour lutter contre l’arthrose, principalement celle du genou.

De plus, c’est un supplément très sécuritaire qui procure un soulagement de l’arthrose semblable à celui apporté par les anti-inflammatoires. L’effet est beaucoup moins rapide à se manifester, mais il vient sans effets indésirables.

Bien sûr, il faut garder l’esprit ouvert et cultiver une certaine dose de scepticisme, mais dans le cas de la glucosamine, le poids de la preuve demeure définitivement positif. De plus, les millions de consommateurs (qui en prennent des milliards de doses) ne peuvent pas se tromper tant que ça!

Et la chondroïtine?

Dans le traitement de l’arthrose, la glucosamine est le plus populaire des suppléments. Comme elle coûte moins cher que la chondroïtine et que son efficacité est assez bien documentée, il est judicieux de la recommander seule, en début de traitement. Si les résultats sont décevants après 8 semaines, on peut alors suggérer la combinaison des deux afin de bénéficier de leurs mécanismes d’action différents, mais complémentaires.

Jean-Yves Dionne, pharmacien
juin 2011

Sur les tablettes

  • Dans certains pays d’Europe, la glucosamine est un médicament sur ordonnance. Ce produit n’est pas le même que les suppléments offerts en vente libre en Amérique du Nord.

  • En septembre 2004, le magazine de consommation québécois Protégez-Vous a fait analyser 24 suppléments de glucosamine : 8 produits, soit le tiers, en contenaient de 12 % à 23 % de moins que ce que leur étiquette annonçait29.

 

Réviseur :
Jean-Yves Dionne, pharmacien (juin 2011)

Recherche et rédaction : PasseportSanté.net

Mise à jour : juin 2011