COMMENT FAIRE UNE RÉANIMATION CARDIO-PULMONAIRE

1) DEFINITION :

Une réanimation cardio-pulmonaire (ou RCP) associe les compressions thoraciques (plus connues sous le terme de massage cardiaque) et une ventilation artificielle (la respiration artificielle).

Le massage cardiaque (où compression thoracique) est un geste réalisé en association avec une ventilation artificielle , dans le cadre d'une réanimation cardio-pulmonaire.

Sa technique varie légèrement suivant qu'il est appliqué :

2) LE TRAITEMENT :

Placez la victime sur le dos, sur un plan dur, si elle n'est pas déjà dans cette position.

Réalisez 15 compressions sur la moitié inférieure du sternum chez l'adulte et 5 chez l'enfant et le nourrisson (voir nos fiches sur le massage cardiaque de l'adulte et le massage cardiaque de l'enfant et du nourrisson pour les détails sur les techniques de compression).

Après les compressions replacez la tête de la victime en arrière, élevez le menton et réalisez 2 insufflations efficaces (c-à-d que la poitrine de la victime doit se soulever à chaque fois que vous soufflez) chez l'adulte, 1 chez l'enfant et le nourisson (voir notre fiche sur la technique du bouche-à-bouche ou du bouche-à-nez).

Replacez sans délai les mains sur la moitié inférieure du sternum et réalisez une nouvelle série de compressions de la poitrine. Continuez ainsi en alternant 15 compressions de la poitrine avec 2 insufflations chez l'adulte, 5 compressions avec 1 insufflation chez l'enfant et le nourrisson.

La fréquence des compressions sternales doit être de  100 par minute, quel que soit l'âge, associée à 8 à 10 insufflations efficaces.

Poursuivez les manoeuvres de réanimation et surveillez leur efficacité.

Tous les 5 cycles de 15 compressions et 2 insufflations chez l'adulte (10 cycles de 5 compressions et 1 insufflation chez l'enfant et le nourrisson), interrompez les manoeuvres de RCP pour rechercher la présence de signes de circulation (comme la survenu de toux ou de mouvement de la victime, ou la reprise de sa respiration). Cette recherche ne doit pas durer plus de 10 secondes.

  • Si les signes de circulation , dont la respiration, sont présents, installez la victime en position latérale de sécurité et surveillez en permanence sa respiration. Si la respiration s'arrête de nouveau, ou en cas de doute, remettez la victime sur le dos et recommencez la RCP.

  • Si les signes de circulation sont absents, poursuivre la RCP et ainsi de suite jusqu'à l'arrivée des secours.

Attention ! les conseils ci-dessus ne remplacent pas une formation au secourisme dispensée
par un organisme agréé ou une association habilitée (Croix Rouge, Protection Civile,...).
Seule une telle formation vous permettra de pratiquer le secourisme avec un maximum d'efficacité et de sécurité. 

 

 

COMMENT FAIRE UN MASSAGE CARDIAQUE
A UN ADULTE OU A UN ENFANT DE PLUS DE 8 ANS

2) MASSAGE CARDIAQUE SUR UN ADULTE OU UN ENFANT DE PLUS DE 8 ANS :

La victime étant allongée sur le dos, sur un plan dur :

  • Agenouillez-vous à ses côtés et, dans la mesure du possible, dénudez sa poitrine.

  • Déterminez la zone d'appui de la façon suivante :

    • repérez, de l'extrêmité du majeur, le creux situé en haut du sternum à la base du cou,

    • repérez, du majeur de l'autre main, le creux où les côtes se rejoignent (en bas du sternum)

    • déterminez le milieu du sternum.

  • Placez le talon d'une main juste en dessous du milieu repéré (c'est-à-dire sur le haut de la moitié inférieure du sternum). Cet appui doit se faire sur la ligne médiane, jamais sur les côtes.

  • Placez l'autre main au-dessus de la première, en entrecroisant les doigts des deux mains. On peut aussi placer la seconde main à plat sur la première, mais en veillant à bien relever les doigts sans les laisser au contact du thorax.

  • Poussez vos mains rapidement vers le bas, les bras bien tendus, les coudes bloqués (vos mains doivent descendre de 4 à 5 centimètres), puis laissez-les remonter.

© Observatoire National du Secourisme

© Observatoire National du Secourisme

Veillez pendant toute la manoeuvre à rester bien vertical par rapport au sol et à ne pas balancer votre tronc d'avant en arrière.

Les mains doivent rester en contact avec le sternum entre chaque compression.

La durée de compression doit être égale à celle du relachement de la pression sur le thorax.

Le thorax doit reprendre ses dimensions initiales après chaque compression (pour que l'efficacité des compressions thoraciques soit maximale).

Toutes les 15 compressions, intercalez 2 insufflations.

Le passage des insufflations aux compressions et des compressions aux insufflations doit être effectué aussi rapidement que possible, sous peine de diminuer l'efficacité de la réanimation cardio-pulmonaire.

 

COMMENT FAIRE UN MASSAGE CARDIAQUE
A UN ENFANT DE MOINS DE 8 ANS

2) MASSAGE CARDIAQUE SUR UN ENFANT DE 1 A 8 ANS :

Le massage cardiaque va être réalisé avec un seul bras.

La victime étant allongée sur le dos, sur un plan dur :

  • Agenouillez-vous à ses côtés et, dans la mesure du possible, dénudez sa poitrine.

  • Déterminez la zone d'appui de la façon suivante :

    • repérez, de l'extrêmité du majeur, le creux situé en haut du sternum à la base du cou,

    • repérez, du majeur de l'autre main, le creux où les côtes se rejoignent (en bas du sternum)

    • déterminez le milieu du sternum.

  • Placez le talon d'une main juste en dessous du milieu repéré (c'est-à-dire sur le haut de la moitié inférieure du sternum). Cet appui doit se faire sur la ligne médiane, jamais sur les côtes. Relevez bien les doigts pour ne pas appuyer sur les côtes.

  • Placez-vous bien au dessus de l'enfant, à la verticale de sa poitrine.

  • Poussez votre main rapidement vers le bas, le bras bien tendu, le coudes bloqué (votre main doit descendre de 3 à 4 centimètres), puis laissez-la remonter.

© Observatoire National du Secourisme

© Observatoire National du Secourisme

Veillez pendant toute la manoeuvre à rester bien vertical par rapport au sol et à ne pas balancer votre tronc d'avant en arrière.

La main doit rester en contact avec le sternum entre chaque compression.

Renouvelez les compressions thoraciques à une fréquence d'environ 100 par minute.

Toutes les 5 compressions, intercalez 1 insufflation.

Le passage des insufflations aux compression et des compressions aux insufflations doit être effectué aussi rapidement que possible, sous peine de diminuer l'efficacité de la réanimation cardio-pulmonaire.

 

COMMENT FAIRE UN MASSAGE CARDIAQUE
SUR UN NOURRISSON (ENFANT DE MOINS DE 1 AN)

3) MASSAGE CARDIAQUE SUR UN NOURRISSON (ENFANT DE MOINS DE 1 AN) :

La victime étant allongée sur le dos, sur un plan dur :

  • Localisez le sternum du nourrisson et placez la pulpe de deux doigts d'une main dans l'axe du sternum, une largeur de doigt en dessous d'une ligne droite imaginaire réunissant les mamelons de l'enfant.

  • Comprimez régulièrement le sternum avec la pulpe des deux doigts, d'environ 2 à 3 cm et à une fréquence de 100 par minute.

© Observatoire National du Secourisme

Le thorax doit reprendre ses dimensions initiales après chaque compression (pour que l'efficacité des compressions thoraciques soit maximale).

Toutes les 5 compressions, intercalez 1 insufflation.

Le passage des insufflations aux compression et des compressions aux insufflations doit être effectué aussi rapidement que possible, sous peine de diminuer l'efficacité de la réanimation cardio-pulmonaire.

 

 

COMMENT FAIRE UNE VENTILATION ARTIFICIELLE SANS MATÉRIEL

1) DEFINITION :

Les techniques de ventilation artificielle sans matériel sont au nombre de deux, ce sont : le bouche-à-bouche et le bouche-à-nez. Ces deux techniques sont d'une efficacité équivalente. Elles permettent d'insuffler à la victime l'air expiré par le sauveteur (cet air contient suffisamment d'oxygène pour rendre ces techniques efficaces).

Il existe egalement une variante de ces techniques, qui est celle du bouche-à-bouche-et-nez et qui s'applique aux nourrissons.

La méthode choisie ne sera efficace que si les voies aériennes de la victime sont et restent libres et si vous exécutez  les mouvements posément, selon une fréquence plus lente que votre propre respiration.

2) LE BOUCHE A BOUCHE :

  • Agenouillez-vous à côté de la victime, près de son visage.

  • Avec la main placée sur le front, obstruez le nez en le pinçant entre le pouce et l'index pour empêcher toute fuite d'air par le nez, tout en maintenant la tête en arrière.

  • Avec la main placée sous le menton de la victime, ouvrez légèrement sa bouche tout en maintenant son menton soulevé, en utilisant la "pince" constituée du pouce placé sur le menton, et des deux autres doigts placés immédiatement sous sa pointe.

  • Après avoir inspiré sans excès, appliquez votre bouche largement ouverte autour de la bouche de la victime en appuyant fortement pour éviter toute fuite.

  • Insufflez progressivement en deux secondes jusqu'à ce que la poitrine de la victime commence à se soulever.

  • Redressez-vous légèrement, reprenez votre souffle tout enregardant la poitrine de la victime s'affaisser (l'expiration de la victime est passive).

Le volume de chaque insufflation doit être suffisant pour que le sauveteur voit la poitrine de la victime se soulever ou s'abaisser après l'insufflation.

Il existe certains dispositifs qui s'interposent entre la bouche du sauveteur et le visage de la victime, pour vaincre la répulsion qui pourrait conduire à l'abstention de la ventilation artificielle.

3) LE BOUCHE A NEZ :

  • Agenouillez-vous à côté de la victime, près de son visage.

  • Avec la main placée sur le front, maintenez la tête basculée en arrière.

  • Avec l'autre main, soulevez le menton sans appuyer sur la gorge et tenez la bouche de la victime fermée, le pouce appliquant la lèvre inférieure contre la lèvre supérieure pour éviter les fuites.

  • Appliquez la bouche largement ouverte autour du nez de la victime.

  • Insufflez progressivement en 2 secondes jusqu'à ce que la poitrine commence à se soulever.

  • Redressez-vous légèrement, reprenez votre souffle tout en regardant la poitrine de la victime s'affaisser (l'expiration de la victime est passive).

4) LE BOUCHE A BOUCHE ET NEZ :

Cette technique est celle qu'il faut réaliser quand la victime est un nourrisson.  Elle se distingue de celle du bouche-à-bouche car :

  • Le sauveteur englobe avec sa bouche, à la fois la bouche et le nez de la victime.

  • La fréquence des insufflations est plus élevée que chez l'adulte.

  • Le volume des insufflations est plus faible que chez l'adulte, pour voir la poitrine se soulever.